TheTartuffeBay.org

« Seulement -80% ? J'attendrai les soldes. »
Un Maitre Tartuffe

CROTYpedia

Prey

Bon, étant donné qu'on est en pleine période de soldes, remettons un petit coup de projecteur sur l'un des tous meilleurs jeux de cette année 2017 :sol:

CR "Future Shock" : PREY

(Mai 2017, développé par Arkane USA et publié par Bethesda Softworks)

 

http://reho.st/medium/self/28d3d2b55075257521f1258d3da511914e5ab54a.jpg
L'art de poser l'ambiance. En toute classe

 


Arkane, ce sont les français de Lyon qui ont eu le coup de génie de recruter des grands noms du jeu vidéo et d'aller tailler des croupières sur les plates-bandes de "Deus Ex". Ca a donné "Dishonored", c'était en 2012 et ce fut un jeu grandiose.
Tellement grandiose que le studio en a fait une suite l'année dernière (pas encore testé mais de très bonne qualité d'après les personnes de bon goût, malgré un petit problème de portage qu'on ne saurait ne pas mentionner :o)
Mais surtout Arkane a ouvert un second studio, au Texas, et lui a confié le développement d'une toute nouvelle IP (pour eux) : PREY.

 

C'est quoi ce PREY 2017 ? C'est un mélange de Deux Ex, System Shock, Half-Life, et Disohonored. Dans l'espace. Avec des guns et des pouvoirs, et du piratage, et des passages secrets, et un level design de furieux, et des easter eggs, et d'autres secrets qui changent tout du jeu, et une ambiance mais alors une ambiance… !

 

Tout ça à la sauce Arkane. Bougrement réussi. Et cette fois sans le moindre problème technique sur PC.

 

ATTENTION : quelques spoilers à la lecture de ce CR ; rien de méchant, mais vous voici prévenu.
Si vous décidez de sauter à la conclusion, c'est que vous êtes déjà à moitié convaincu. Dans ce cas, n'attendez même pas de lire la fin et foncez acheter cet incroyable jeu ! :)

  

You are (Not) ALONE  

  

http://reho.st/self/0d2c1582c993e59904d58a6e70feb901d2181a44.jpg
Houston, on a un problème

 


Tout le monde connaît peu ou prou le plot du jeu, mais qu'importe : pour une fois qu'une introduction scénaristique est vraiment réussite, on ne va pas se priver d'en reparler.

 

Nous incarnons Morgan Yu, vice-président et chef des recherches de la station Talos 1, dirigée par notre grand frère Alex Yu.
On s'entend bien entre frangins. D'ailleurs c'est lui qui nous a convaincus de venir bosser avec lui, là-haut dans l'espace, pour révolutionner l'humanité. Pourquoi si loin, me demanderiez-vous ? Hum, une vague question de sécurité et matériaux biologiques extraterrestres. Contamination, tout ça tout ça.
(Pour ceux qui songent au film "Life", passablement mauvais d'ailleurs, rassurez-vous tout de suite : le scénario de PREY est beaucoup plus fin et intelligent. Mais en dire plus serait criminel.)

 

Les choses vont très très vite déraper et nous nous réveillons soudain au beau milieu d'une simulation psychologique, des cadavres partout au sol, la station à moitié défoncée et l'intuition très très nette que les extraterrestres que l'on pensait contenir sont peut-être bien plus futés qu'il n'y paraissait.

 

http://reho.st/self/4965b4c62ecb19eec0c144d00e50b7f9d4a1f258.jpg
Non mais là, sérieusement, on a VRAIMENT un problème !

 


http://reho.st/self/1ced861c48c9fc505bd7b36a035525a3ba82ff39.jpg
Merci Ancien "Moi" ! Vive la compassion mec :o

 


Ah et un truc bizarre aussi : on a perdu la mémoire. Enfin pas toute la mémoire, mais celle de nos derniers mois. Comme si on avait subi un "effacement" spécifique. Mais comment ? Pourquoi ? Et surtout, par qui ?

 

Et puis il y a un robot, "Janvier" qu'il s'appelle, et il dit qu'il contient une partie de notre mémoire, qu'il est là pour nous aider.
Oui mais il y a un autre robot qu'on peut trouver, "Décembre", et lui il dit justement qu'il faut pas faire confiance à "Janvier".
Ah et il y a des survivants parfois, et eux ils disent que c'est d'Alex (mon frangin) dont il faut se méfier.
En plus, Alex, il a son bureau tout en haut de la station. Je devrais peut-être essayer de le retrouver et lui parler ? Il a l'air de savoir des choses…

 

Sauf que bon sang, y'a des aliens partout ! Et agressifs en plus, du genre à nous sauter à la gorge sans crier. Et moi j'ai qu'une pauvre clef à molette en main pour me défendre.

 

Enfin, pas le choix j'imagine… Et je vais peut-être trouver autre chose en route ?

 


http://reho.st/self/472f77c9c05e39904c0c5375fe8393f2104de2ff.jpg
Y'a quelque chose de louche dans cette histoire. Si, y'a quelque chose de louche ! Déjà, pour des frères, vous trouvez vraiment qu'on se ressemble ?

  

Cauchemar et Réalité

 


http://reho.st/self/208d2b90d531be480809ac1e57f69565aecc9a0c.jpg
Le calme avant la tempête

 


http://reho.st/self/0de3f9d8e8b3e8ca19ced29a00fd256ad8f9ddaa.jpg
Oh bouse !

 


Dans PREY, à l'inverse de Dishonored ou de Deus Ex, on est pas là pour tortiller : il faut survivre et s'échapper de cette station infernale, autrement dit flinguer les extraterrestres avant qu'ils ne nous flinguent !
On oublie toute notion de "neutralité" et de "pas de sang sur les mains". Le grand nettoyage a commencé et l'alien est du genre rancunier : sitôt aperçu, il nous coursera dans les dédales de la station jusqu'à ce que mort s'ensuive (et souvent la nôtre).

 

On va donc sortir l'artillerie lourde dès qu'on mettra la main dessus, sous peine de se faire trucider à la moindre occasion. La clef à molette des débuts, qui restera malgré tout redoutablement efficace, cédera le pas face à un armement plus conventionnel : fusil à pompe (indispensable), plasma-laser (notre meilleur ami !),  Canon à Glu (un must !), pistolet silencieux (life-savior quand on cherche à exécuter un ennemi dans le dos et avec discrétion).
Car de la discrétion et de la subtilité, il va en falloir pour vaincre le jeu ! Oubliez toute idée de foncer dans le tas : PREY est impitoyable à ce niveau-là. Même vers la fin du jeu, votre montée en puissance en badass de premier ordre ne suffira pas à surmonter des ennemis vicieux, très forts et bourrés d'attaques aussi violentes que les vôtres.

 

Les premières heures sont rudes : nous n'avons que peu de munitions et d'armes à disposition. Les ennemis nous fumeront en 3 coups max et ces salauds attaquent en groupe. Seule voie de salut : observer les rondes, préparer ses embuscades à coup de tourelle, d'attaques sournoises et de fuite, de barils explosifs et d'immobilisation à la glue. La victoire est jouissive et vient couronner la sensation de s'être sorti d'un véritable combat épique. On est très très loin d'un simple FPS bourrin et sans intelligence. Dans PREY, chaque détail est pensé pour être un levier susceptible d'aider le joueur attentif, une véritable ode à l'imagination.

 

De bout en bout pendant ses 40 heures, PREY nous crie de le surprendre. De démonter ses mécanismes, d'essayer de trouver LA solution à laquelle les développeurs n'ont pas pensé. Pour finalement découvrir que si, tout était prévu et que bien souvent, ce petit intervalle et ce carré de pixels si étonnamment placés sont très justement là pour qu'on les utilise.

 

http://reho.st/self/e2caad236a335b633b137c8e17cb68e1ac03eea7.jpg
Figure 1 : Glue-Gun en action ! De l'art de se créer son raccourci et de s'éviter (parfois) des emmerdes

 


On retrouve toutes les sensations de Deux Ex et de Dishonored, mais cette fois PREY va plus loin. Car désormais fuir le combat n'est quasiment plus une option. Les extraterrestres sont partout. Ils se dissimulent, ont l'intelligence d'utiliser eux aussi le level design pour mieux nous sauter dessus ! Nous poursuivre, même réfugiés tout en haut d'un conduit ! Corrompre nos alliés mécaniques et les retourner soudain contre nous !

 

Le palpitant s'affole souvent dans PREY, alors que l'angoisse sourde ne nous quitte jamais. La première rencontre avec un "Fantôme" restera gravée dans la mémoire de tous les joueurs : cette monstruosité vaguement humanoïde, à la voix d'acier déformée par la haine, viendra irrémédiablement nous faire frissonner de peur, alors que ses mots sans aucun sens trouveront malgré tout un écho malsain et terriblement familier en nous.
Et si les premiers "Fantômes" finiront par rendre grâce devant la montée en puissance de notre armement et de nos pouvoirs, leurs cousins eux continueront de constituer une menace irrépressible devant laquelle la fuite reste notre réflexe le plus ancestral.

 


http://reho.st/self/f9e0638224656f60d1221f0e12cb09660ccee1a1.jpg
P... On est pas dans la merde.

 


Las, nous l'avons dit : esquiver le conflit n'est pas une option. Il faudra ravler notre peur et partir au casse-pipe, parfois littéralement ! Tout l'arsenal y passera, et les munitions sont loin d'être abondantes, au point que l'affaire s'achèvera parfois (souvent ?) en matraquage de clef à molette in extremis alors que ne nous demeurent qu'une petite dizaine de points de vie (sur 100). Et à nouveau la victoire. La récompense, toujours à la hauteur.

 

Pas d'auto-régénération ici : il faut se soigner à l'ancienne et on ne dort pas. Les pouvoirs psychiques ? Très puissants et très coûteux, au point que les défenses de la station vous prendront parfois pour l'un des envahisseurs de l'Espace et réagiront avec violence. Quant aux rares survivants que vous croiserez ou parviendrez à sauver, si tel est votre choix, ne leur montrer jamais l'ambiguïté de votre nature : les pauvres sont si traumatisés qu'ils vous attaqueraient sur-le-champ, avec une efficacité décuplée par la haine.  

 


http://reho.st/self/06b6c27c834b5639c54d470b3b5c711cf72a94af.jpg
C'est beau. Mais ça sent mauvais pour ma gueule.

 


Et quand enfin vous croirez parvenir à vous en sortir. Quand enfin le fragile équilibre entre puissance et humanité est atteint, alors tout sera de nouveau remis en question.
Et le Cauchemar, inlassablement, vous traquera jusqu'à la fin du compte à rebours.

 

Bonne chance Mr Yu. La rédemption est au bout du chemin. Et on finit par y arriver, malgré tout.

 


(Half) - LIFE / Shock 3

 


http://reho.st/self/0845469e09fe6f5c94644ce7b3d76255b47f9fc9.jpg
Derrière le miroir, l'Homme de l'Ombre qui nous manipulait depuis le début était donc... [spoiler]

  

On ne va pas y aller par quatre chemins : PREY est une énorme réussite sur quasiment tous les niveaux. Peut-être le meilleur successeur qu'il soit possible de nommer en tant que HALF-LIFE 3 (sachant que ce dernier ne verra sans doute jamais le jour).

 

Level design extraordinaire. Ambiance impeccable de bout en bout. Utilisation de l'environnement spatial absolument MAGIQUE (ah ces phases en micro-gravité, quel pied ! Quelle maîtrise ! C'est génial, on s'y croirait vraiment ! Et qu'est-ce qu'on galère quand on a les E.T.s aux fesses !).
Et l'ambiance, encore une fois : cette symbiose entre ennemis et level design atteint un niveau très certainement inégalé dans l'ensemble du JV à nos jours. Sérieusement, les apparitions des "Poltergeist" sont de très grands moments. Et le Cauchemar, mais bon sang le Cauchemar !

 

L'armement est extrêmement intelligent : ça bourrine, mais en en face l'Alien aussi bourrine ! La question des munitions, des types d'impact, de la gestion des embuscades et des stratégies pour éviter de se faire fumer comme un vulgaire malandrin, tout ça est une énorme réussite ! Rarement encore on a abordé un FPS avec la sensation que tout pouvait être maîtrisé pour réussir des combos gigantesques. Quel plaisir d'anéantir un ennemi très très fort grâce aux bombonnes explosives judicieusement bien placées ! Et quand on arrive enfin à détruire un Cauchemar, quel pied [:am72:5]

 

http://reho.st/self/f066e3cdd8b5e5b81394ecaed41f77bcfbf9685b.jpg

  

Les pouvoirs ne sont pas en reste : multiples, adaptés à tout style de jeu, et énormes de possibilités tactiques ou même en "exploit" du jeu. C'est bien simple, on finit par envoyer l'humanité au diable tant il est jouissif de se battre à "armes égales" avec les Aliens. Et, soyons francs, ça sauve vraiment la vie dans un gros gros paquet de situation (ah ce satané "weaver" ).
Il n'y a guère que le piratage qui soit à moitié raté. Enfin, on s'y fait assez vite et si c'est un peu dommage, ça ne gâche rien non plus.

 

Reste, enfin, l'histoire en général. Les révélations finales sont intéressantes, bien qu'on pourrait y trouver un côté un peu trop facile. Le voyage est à la hauteur de l'enjeu, mais la destination finale manque d'un peu de grandiose. Rien de grave pour autant, car pendant 40 heures bien tassées on aura vibré, tremblé et transcendé l'expérience.
Nous demeurons en deçà des plus grands scénaristes, c'est un fait, mais la narration de PREY nous aura accompagnés tout au long de sa vie et ce qu'il nous a raconté aura été magnifique.

 

http://reho.st/https://coverfiles.alphacoders.com/425/42565.jpg

  

TL,DR  : PREY un jeu ahurissant de qualité et de générosité, qui place l'intelligence du joueur en premier lieu de ses considérations. C'est fun, puissant, émouvant et marquant.
Un jeu à faire.
ACHETEZ.