TheTartuffeBay.org

« Seulement -80% ? J'attendrai les soldes. »
Un Maitre Tartuffe

CROTYpedia

Pillars of Eternity

(pendant cet E3, finalement plutôt intéressant, je me suis tapé un petit délire de CR [:rougit2]  c'est peut-être/sans doute un peu trop long, mais bon des fois c'est sympa aussi ;) )

 

Mini-CR "La Bataille des deux armées" : Pillars of Eternity
(Mars 2015, développé par Obsidian Entertainment et publié par Paradox Interactive)

 

*****GROS SPOILER ! Ne lisez pas si vous comptez jouer au jeu.******

   

Extrait des mémoires de Lord Eldric, seigneur de Caed Nua, héro des terres de Defiance Bay, pourfendeur de dragons, sauveurs des âmes,. Egalement  connu comme le Fléau des dyrewood, l'Assassin de Twin Elms, et l'Emmerdeur de l'Ouest. Parfois dénommé, dans son dos, comme l'Imbécile de crétin qui habitude le Château Hanté et, plus rarement, le Couillon Suprême, « pas foncièrement méchant mais bête quand même » ou « mais bordel c'est ça que t'appelle cuisiner ?! »
Bref, not'e bon Maître quoi.

  


Le début des emmerdes

 

Franchement, je comprends pas les gens. Enfin quoi, a-t-on de déclencher une guerre pour un satané tas de caillou en ruine ? C'est vrai bon sang, j'aurais été squatté une baraque cousue bourrée de coffres d'or, je dis pas que j'aurais pas compris que le propriétaire l'aurait eu mauvaise, mais là sérieusement, vous avez eu l'état du truc pour lequel on s'écharpe ?

 

Des trous partout et des bicoques en lambeaux. Charmant la propriété.

 

https://hydra-media.cursecdn.com/pillarsofeternity.gamepedia.com/b/bf/Ar_0601_strongholdexterior.jpg?version=0df2bd29f7f81d33d56b19e9e5b22dbe

 

Et encore, allez pas croire : avant que j'intervienne c'était même pire. L'a fallu que je nettoie moi-même tout le foutoir, de la cave au grenier ! Et parlons même pas des souterrains maudits ! Un vrai bordel là-dedans. Moi en plus, j'en avais rien à fichtre de ce château : j'étais juste venu chercher des informations sur ma quête personnelle et je pensais ficher le camp sitôt le truc achevé. Mais bon, par un concours de circonstances j'me suis retrouvé nommé châtelain-en-chef du bazar. Et vous savez, j'suis comme tout le monde moi : même si l'endroit est pas terrible, ça reste de la pierre. Et l'immobilier, c'est bien connu, ça baisse jamais. Au pire je vendrai le truc à une carrière et j'irai couper du bois dans la forêt attenante.

 

Sauf que voilà, une fois les monstres pulvérisés et la malédiction levée, bah on se rend compte qu'il est pas si mal que ça ce château. Enfin, disons que pour une ruine y'a du potentiel vous voyez ? Alors j'ai investi un peu, fait faire quelques réparations, réaménager les geôles, convier des marchands et des alchimistes, prélever quelques taxes aussi (faut pas déconner non plus :o). Bref, petit à petit ça commençait à avoir de la gueule ce machin

 

https://hydra-media.cursecdn.com/pillarsofeternity.gamepedia.com/2/2a/Ar_0601_strongholdexterior_pristine.jpg?version=b4c46a5a47bc3ce496538cca3f15b820

 

J'aurais du me douter que ça durerait pas. Un bon jour voilà un ruffian et son armée qui arrive à ma tour et m'ordonne de vider les lieux, sous le prétexte fallacieux qu'il est l'héritier du foutoir, rapport à un lointain ancêtre, tout ça blabla.

 

Me suis pas démonté et lui non plus. Résultat : maintenant j'ai son armée qui m'attend sur le champ de bataille d'à côté et il est pas question de faire la sourde oreille, parce que le pillage systématique c'est pas bon pour le commerce ça :o
S'il croit m'impressionner avec ses troupes de pécore, il se trompe lourdement. J'ai affronté des ogres, des géants, des araignées et même des malfaisants ! Puisqu'il veut la guerre, il l'avoir !

 

Non mais oh.

  


La Stratégie Eldric

 

En attendant, le fait qu'il a amené pas mal de monde quand même. Du genre beaucoup, mais alors vraiment beaucoup.
J'ai beau être badass, même moi j'suis pas capable de m'enquiller une cinquante de gus tout seul avec mes cinq acolytes.

 

Qu'à cela ne tienne, moi aussi je peux lever des troupes ! Déjà j'ai mes employés réguliers : du soldat professionnel qui sait bagarrer. Je les ai recrutés dans la pampa et dans les tavernes, puis les ai envoyé se frotter aux cochonneries du monde en quêtes diverses et variées pour ma pomme : c'est vous dire si j'en ai fait des machines à tuer, bien obéissants et tout.
Pour plus de sécuriser, mes alliés de Defiance Bay m'ont envoyé une douzaine d'arquebusier. J'aurais préféré des chevaliers en armure lourde comme ce que propose l'autre faction, mais bon les arquebusiers c'est pas mal aussi contre les mages.

 

Mon conseiller militaire m'a aussi lourdement conseillé de renforcer mes forces : j'ai donc gracieusement claqué un quart de notre POGNON dans l'embauche de mercenaires d'élite. Ça coute cher ces cochonneries, mais on m'a juré qu'ils étaient efficaces. Y'a intérêt, parce que sinon ça va mal se passer.

 

Bon c'est pas tout ça mais c'est l'heure d'aller au combat !

 

http://reho.st/medium/self/1d9bbf6e78079eb6451d9db34ddd10c11104c4f5.png

 

Je coordonne toute l'attaque contre l'armée de ennemi. C'est moins évident que j'aurais cru : en face j'ai affaire à des professionnels.
Sa cavalerie s'écrase contre mes premières lignes. On tient à peine le choc et la cohorte menace de se rompre au second coup. A toute vitesse je lance une contre-attaque et vient emboutir ses propres troupes. Un revers de tactique qui m'accorde le répit nécessaire pour me reprendre.
L'ennemi riposte et me balance toute la purée de ses sortilèges par sa section de magiciens. Notre flanc cède et ça s'affole dans les rangs. Vite, j'envoie les arquebusiers contre les magiciens ! Pan pan pan ! Confusion, cacophonie. L'attaque cesse en partie, on en profite pour s'avancer et pousser notre avantage au corps à corps. Sauf que sur le côté, ma défense plie et l'ennemi en profite pour jouer sa dernière carte : l'envoi des troupes lourdes, pour écraser mes fantassins.

 

Allez les gars, il faut tenir ! Mon flanc se fait faucher, mais l'ennemi progresse doucement. Un dernier effort et ça y est, on entre au contact du dernier carré, là où se trouve le Seigneur à abattre !
Merde, mes troupes flanchent ! Cette fois la pression est trop forte, ils vont céder et reculer.
Plus le choix, faut foncer dans le tas ! Je tire mon épée et pousse un hurlement de tonnerre de Zeus qui suspend un instant le cours des choses. Mes compagnons et moi nous précipitons dans la bataille.

 

En avant mes braves ! C'est le tout pour le tout !

  

My name is Eldric Montoya. You killed… heu.. You killed somebody ! Prepare to die !

 

BADABOUM ! Notre course se fracasse sur les lignes adversaire et nous voici plonger en plein dans la mêlée. Sur le champ de bataille c'est un p… de carnage. Du sang, des os et des bouts de membres dans tous les sens. Ca gueule, ça hurle, ça tue, ça tonitrue ! On y comprend rien.
Ça me va très bien : le Seigneur est devant nous, protégé par seulement une quinzaine de bonhommes. Avec cette cacophonie aux alentours, il ne pourra pas faire appel à des rappels.
On a nos chances. A l'attaque !

 

http://reho.st/medium/self/6bbf877f18d185df2d759e721e0df285bc7492b2.jpg

 

Pas de temps à perdre, faut être efficace ! In petto j'adopte une configuration propice à tenir le choc, alors que notre ennemi a compris le danger et fonce à notre rencontre, déterminé à en finir. Ce sera lui ou moi.

 

Eder, mon guerrier aussi roide que la mort court au contact et balance soto mezzo ses claques légendaires qui foutent les combattants à terre. A ses côté j'envoie Kana Rua, mon demi-géant Maître Chanteur, le tank ultime de notre groupe. Avec son copain, ils sont capables à deux d'occuper quatre à cinq gars ! Sans compter que Kana Rua entame déjà son chant d'invocation, procurant une tripotée de bonus à toute notre troupe.

 

Ça tombe bien parce qu'on a besoin de toute l'aide disponible ! Moi je me dépêche de balancer sur les ennemis et je monte au contact. Pendant ce temps, mes mercenaires sont aux ordres et occupent les chevaliers en armure lourde. Une brèche se crée et j'arrive à hauteur du Seigneur Ennemi, que je commence à matraquer de tout mes coups.
A côté de moi, La Mère, une Cipher adepte du couteau, balance tous ses sortilèges et me prête main forte en lardant de coups de dague nos ennemis. Se faisant elle recharge ses capacités et interrompt un coup sur quatre. Bougrement utile, mais elle se fatigue vite. Ça va être dur de tenir

 

Aloth, mon mage éternel, a lui fort à faire avec les sorciers adversaires. Ça se castagne à foison par-dessus nos têtes ! Et vas-y que j'envoie de la boule de feu, du sortilège d'altération, du contrôle mentale, de l'aveuglement, du poison, des dégâts d'outre-tombe, du froid, de l'électricité, de la malédiction ! Toute la panoplie y passe et Aloth n'a pas un stock infini de magie. Tant pis, qu'il fasse au mieux. Pour le moment il a l'air d'avoir l'avantage.

 

Mais nous on prend cher question effets secondaires. Heureusement Durance, notre prêtre 100% musclor dit "Dudu la Buche !", est sur le coup. Armé d'un énorme bâton enchanté, Durance fracasse du crâne à qui mieux mieux, entre deux invocations de boost et de buff à destination des troupes. Plus de puissance, plus de constitution, plus de précision, plus de vitesse, Plus Plus Plus ! On s'en gave jusqu'à l'écœurement et heureusement.

 

Merde, nos mercenaires sont débordés ! Voilà les chevaliers lourds qui foncent sur Aloth, dont la constitution de demi-crevette ne fera pas le poids devant eux ! En catastrophe j'envoie Elder et Kana Rua intercepter les gus. Sauf que les ennemis qu'ils occupaient, bien que salement amochés, ont assez de force pour foncer sur moi !
Durance se met au travers et prend le choc de plein fouet ! Son armure tient le coup, mais il est sonné. Avec peine il trace des sortilèges de protection et tache de garder son assise et sa santé, mais le bilan est négatif et il prend plus de coups qu'il ne se soigne. Et pendant ce temps, on a plus de buffs !

 

Aloth s'est repositionné et balance ses dernière réserves de magie pour soutenir Durance. Les ennemis commencent enfin à tomber.
Je prends un risque inouï et ordonne à la Mère d'aller achever ces derniers mécréants, me retrouvant alors seul face à trois combattants, dont le Seigneur ennemi. Ses mages m'envoient tout dans la gueule et je prends des coups de partout. En désespoir de cause je joue ma dernière carte et fais appel à mes capacités de Guetteur, usant de la magie des âmes et déversant ces pouvoirs sur mes vis-à-vis. J'arrive à garder ma santé, frôlant de très peu l'incapacité totale. C'est très très juste, mais je serre les fesses et… ça passe !

 

Eder parvient à contenir les chevaliers, qui tombent à leur tour. Kana Rua a enfin terminé son chant et invoquent trois wyrms cracheurs de feu, qui attaquent immédiatement les mages ennemis. Ces derniers sont débordés et incapables de continuer leur assaut.
Durance et Mère contiennent leurs adversaires, les tuant maintenant l'un après l'autre. Les troupes sont décimées de chaque côté, mais désormais j'ai l'avantage. Aloth attaque le Seigneur ennemi ce qu'il lui reste de sortilège et j'abats consciencieusement sa garde rapprochée, pour finir au corps à corps avec lui.
Mes camarades achèvent les mages, dont je redoute encore un sursaut de contre-attaque. Les wyrms se sont dissipées mais peu importe : elles nous ont sauvé la mise.

 

Et voilà tout le reste de ma troupe qui s'abat à mes côtés comme la peste sur le Seigneur ennemi. Elder interrompt le coup tranchant du Seigneur, Durance l'assomme de son baton, Kana Rua le percute de son épée à deux mains, Aloth lui envoie un ultime sort en pleine poire, Mère le pourfend de toute part à la dague et moi, enfin, le décapite d'un geste puissant.

 

http://reho.st/medium/self/898b1434a515fd715c358a3b5c5791356bfa7125.jpg

 

On a gagné !! YEAH BABY YEAH ! C'est moi le meilleur !

 

Reste plus qu'à récupérer le loot et à nettoyer tout ce foutoir. M'est avis que les charognards du coin vont avoir de quoi bouffer ce mois-ci.

 

http://reho.st/medium/self/af816c18d54a4b3d7d293d347eb93b78d6e01f77.jpg

 

Bon allez, c'est pas tout ça mais fini de s'amuser : il est temps de reprendre mon enquête sur les comploteurs et de piger ce qui arrivent aux âmes de ce pays.
En tout cas, c'était une bonne journée.